___
_
SchtroumpfEmail: sabatier@altern.org Site: http://altern.org/defense
_
_Sujet: Division du groupe, groupe de la division_
_Ah... Gérer les éventuelles interactions alors que les PJ agissent
à priori de manière indépendante (voire concurrente) a toujours
été un point délicat de maitrise...

De toutes façons le résultat est approximatif, puisque dés
qu'un groupe prend de l'avance (dans le temps) sur un autre
groupe, on court le risque que l'autre groupe remette en
cause ce que tu as maitrisé lorsqu'on leur fera jouer la
mÍme période plus tard. Et ça, le MJ n'y peut rien...

La meilleure approximation que j'ai trouvé, c'est de mettre
chacun des groupes dans une pièce séparée, et de faire pour
chaque groupe des périodes de jeu aussi courtes possible avant
de passer au groupe suivant (c'est à dire des séquences aussi
courtes que mon courage et la jouabilité de la partie le
permettent). Si tu n'as pas laissé un des groupes prendre trop
d'avance, mÍme si il y a un effet qui, en toute logique,
devrait Ítre rétroactif, tu peux toujours récupérer le coup en
le décalant de quelques rounds, ou en retardant ceux qui
veulent interagir avec un autre groupe de quelques rounds par
une péripétie annexe pour qu'ils retombent sur le point de
synchronisation... Si ca marche, les joueurs ne se posent pas
de question (il n'y a que quand ca foire et que la maitrise
coince qu'ils te demandent des comptes). Donc, je les embrouille
je magouille et je ramène tout au prochain point de
synchronisation entre les équipes.

Voila... Et vous? Quel est votre parti pris dans ce cas?

Schtroumpf
_
___


</ovh>